À Lyon, l’espoir d’un « basculement » vers le fleuve

A gauche, Jean-Charles Kohlhaas, vice-président à la Métropole de Lyon, prend la parole  avec, à ses côtés, Valentin Lungenstrass (mairie), Genevière Laferrère (FNE), Nicolas Chartre (VNF) et Pierre Meffre (CNR), à bord du bateau Tourmente, à Lyon, le 9 octobre 2020. (Photo, crédit : P. Lemerle).

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Les différents représentants du fluvial se sont réunis, le 9 octobre 2020, à Lyon, sous l’égide de Jean-Marc Samuel, président d’Agir pour le fluvial (APLF), pour échanger sur les différentes manières de développer la voie d’eau.

Le 9 octobre 2020, Jean-Marc Samuel, président d’Agir pour le fluvial (APLF), a réuni à bord de son bateau Tourmente les acteurs du fluvial entre Rhône et Saône à Lyon pour évoquer des mesures concrètes pour valoriser le fleuve. Cette réunion s’inscrit dans le cadre de la huitième édition des « Voyages entre Deux mers » du Tourmente dont l’ambition est de recréer du lien entre le fluvial et les territoires et faisait suite à d’autres rencontres (voir article).

« Nous avons tout en main pour trouver les solutions ». VNF, Promofluvia, la CNR, les péniches de Lyon, France nature environnement, Agis, pour représenter les bateaux hôteliers, la métropole, la mairie…

« Nos infrastructures sont insuffisamment utilisées. Nous pourrions accueillir trois à quatre fois plus de bateaux sur le Rhône, plus encore sur la Saône », explique Nicolas Chartre, responsable de la direction du développement de VNF Rhône-Saône

« Notre prochaine actualité, c’est la potentielle condamnation de la France par la Commission européenne pour les pollutions émises par ses agglomérations, a introduit Jean-Charles Kohlhaas, vice-président en charge des mobilités à la Métropole. Si prochainement, nous interdisons aux poids lourds diesels d’entrer dans la ville, les Lyonnais n’auront, notamment, plus rien à manger. Il faut repenser l’acheminement et le fleuve a sa part à jouer là-dedans ».

Ce contenu est réservé à nos abonnés !

Pour lire la suite, découvrez notre offre exclusive

L’intégralité de nos contenus
print & web
pour 198€ / an*

*Offre valable jusqu’au 31 décembre 2020

Ce contenu est réservé
à nos abonnés !

Pour lire la suite,
découvrez notre offre spéciale

Découvrez l’intégralité
de nos contenus
pour 198€ / an*

*Offre valable jusqu’au 31 décembre 2020

Déjà abonné ? Identifiez-vous

[]
1 Step 1
VOTRE LOGINyour full name
no-icon
VOTRE MOT DE PASSEcheck your caps
reCaptcha v3
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES