A Rotterdam, une baisse du trafic en 2020 n’empêche pas la confiance en l’avenir

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Le trafic maritime de Rotterdam a enregistré une chute de près de 33 millions de tonnes en 2020 mais les conteneurs ont relativement bien résisté. Le plus grand port d’Europe continue à afficher des résultats financiers impressionnants qui permettent de poursuivre les investissements sans difficulté en 2021 et au-delà. Le directeur de ce port a aussi évoqué, sans inquiétude, la fusion d’Anvers et de Zeebrugge.

Le trafic maritime de Rotterdam a reculé de 469,40 millions de tonnes en 2019 à 436,81 Mt en 2020. Cette perte de près de 33 Mt a conduit Allard Castelein, le patron de l’entreprise portuaire de Rotterdam, à parler d’une « baisse limitée » de 6,9 % lors de la présentation des résultats le 19 février 2021. La crise sanitaire liée au Covid-19 fait de l’exercice 2020 « une année unique ». Toutefois, Rotterdam a gardé le cap, sans freiner ses efforts pour stimuler et accompagner la numérisation, la transition énergétique et le « verdissement » de l’activité portuaire. Et les résultats se sont progressivement redressés après la première vague de la pandémie.

En 2020, les vracs secs (-14,3 % à 63,80 Mt), les vracs liquides (-9,1 % à 191,99 Mt) et le conventionnel/breakbulk (-8,3 % à 6,01 Mt) font moins bien que la moyenne. Mais le trafic roulier (-1,2 % à 23,96 Mt) et les conteneurs (-1,2 % à 151,06 Mt) ont finalement terminé l’année sur un score très proche de celui de 2019. Au second semestre 2020, les conteneurs ont même progressé par rapport à 2019. Dans le roulier, Rotterdam a profité, comme d’autres ports, de la constitution de stocks en Grande-Bretagne en vue du Brexit.

Les conteneurs cèdent un peu plus de terrain en nombre d’unités (-3,2 % à 14,35 millions d’EVP) et Rotterdam aura fait moins bien que son grand concurrent anversois dans ce secteur-clé. Allard Castelein ne s’en émeut guère. S’il y a bien des fluctuations conjoncturelles d’une année à l’autre, l’écart entre les deux ports reste relativement stable sur un plus long terme, a-t-il affirmé. « L’écart de 2,3 millions d’EVP sur 2020 est comparable à celui qui avait été noté en 2016 ».

Ce contenu est réservé à nos abonnés !

Pour lire la suite, découvrez notre offre exclusive

L’intégralité de nos contenus
print & web
pour 198€ / an*

*Offre valable jusqu’au 31 décembre 2021

Ce contenu est réservé
à nos abonnés !

Pour lire la suite,
découvrez notre offre spéciale

Découvrez l’intégralité
de nos contenus
pour 198€ / an*

*Offre valable jusqu’au 31 décembre 2021

Déjà abonné ? Identifiez-vous

[]
1 Step 1
VOTRE LOGINyour full name
no-icon
VOTRE MOT DE PASSEcheck your caps
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES