« Tendus mais confiants » sont les acteurs de la croisière fluviale sur Rhin-Main-Danube

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Lors d’un webinaire de l’association River Cruise Europe, les résultats d’une enquête auprès d’opérateurs de croisières fluviales et de métiers associés sur l’axe Rhin-Main-Danube ont été présentés. Ils se disent « tendus mais confiants ». En France, les dates de reprise sont encore incertaines pour le tourisme fluvial.

Les opérateurs de croisières fluviales n’ont guère de certitude sur les dates et conditions de reprises de l’activité. Le redémarrage sera progressif avant de retrouver le chemin de l’optimisme en 2023. A ce stade, seule une chose semble certaine : il n’y aura pas de retour en arrière. L’activité devrait sensiblement évoluer avec de nouvelles règles organisationnelles à terre et sur l’eau. C’est ce que révèle un sondage réalisé auprès des opérateurs de croisières fluviales et de métiers associés, présenté le 22 avril 2021, lors d’un webinaire organisé par l’association River Cruise Europe

Dans le secteur des croisières fluviales, sans surprise l’humeur n’est guère joyeuse. « 56 % des sondés ressentent de la tension, de l’incertitude. 14 % se disent tendus mais font preuve de détermination et de calme en dépit du contexte, ils assurent être majoritairement confiants en l’avenir », souligne Brigitte Franz. Chargée de projets à Centouris, un institut rattaché à l’Université Passau, elle a conduit, du 8 au 23 mars 2021, une enquête en ligne auprès de 122 acteurs de la croisière fluviale sur l’axe Rhin-Main-Danube. Ce sondage était destiné à connaître l’état d’esprit des acteurs du secteur (companies, agences, TO, hôteliers, restaurateurs, city tour, etc.).

Rachats et fusion en vue

Un sentiment plutôt morose en 2021 qui s’améliore à compter de 2022, année où l’activité devrait reprendre sans toutefois retrouver les niveaux d’avant la pandémie et les arrêts d’activité.

Selon l’étude, la clientèle autrichienne, allemande et suisse sera la première dès 2021 à retrouver les plaisirs de naviguer sur le Rhin, le Main et le Danube.  « 70 % des sondés misent sur une hausse des réservations en 2023 de l’ordre de 85 % mais ils redoutent que leurs partenaires et/ou prestataires cessent leur activité d’ici là », complète Brigitte Franz. Et de citer l’exemple des « city tours » aujourd’hui au bord du gouffre.

Le secteur des croisières fluviales traverse des turbulences qui pourraient conduire à des opérations de rachat ou de fusion. Ils sont près de 70 % à estimer que ce risque va se produire au sein des compagnies et à plus de 60 % chez les TO.

48 % des personnes interrogées pensent qu’elles seront confrontées à une réduction de la capacité du nombre de bateaux.

56 % des sondés estiment qu’ils vont devoir gérer des goulets d’étranglements dans l’organisation des excursions et s’attendent à une réduction de l’offre gastronomique et hôtelière. Des obstacles induits par les réductions de capacité, par exemple des autocars de tourisme, et une régulation probable des visiteurs sur les sites touristiques. La sur-fréquentation appartient désormais au passé.

La crainte du « cluster »

Avec le dé-confinement, qui commence à partir du 3 mai 2021 en France (voir encadré), certaines régions touristiques sont déjà fébriles à l’idée de l’afflux touristique, source de cluster potentiel, et songent à la régulation des flux de visiteurs.

« La durée d’une escale de péniche dans les ports sera plus courte avec des limitations d’accostage et il est probable que certaines croisières soient interrompues en cas de découverte de cas Covid à bord. Les opérateurs se posent également la question de vacciner les groupes seniors », relève Brigitte Franz.

Les opérateurs s’attendent à une hausse tarifaire en 2023 sur le Danube surtout vis-à-vis des marchés cibles lointains (États-Unis, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande).

Reste à savoir quand et comment l’industrie du transport aérien va redécoller et à quel prix ? Quelles seront les conséquences sur la croisière des évolutions comportementales ? Les passagers lointains pourraient se détourner de l’aérien pour réduire leur empreinte carbone.

Incertitude sur les dates de reprise en France pour le tourisme fluvial

En France, selon les annonces du président de la République le 29 avril 2021, le dé-confinement commence le 3 mai avec la possibilité de se déplacer au-delà de 10 km de chez soi et la levée des déplacements inter-régionaux . Trois autres dates ont été définies : 19 mai (couvre-feu décalé à 21 h, réouverture des terrasses avec maximum 6 personnes par table, des commerces « non essentiels », musées, monuments, cinémas, théâtres), 9 juin (couvre-feu décalé à 23 h, réouverture des cafés et des restaurant avec toujours 6 personnes maximum par table) et 30 juin (fin du couvre-feu). Tout ceci est soumis à des conditions de dégradation de la situation sanitaire locale notamment si le taux d’incidence dépasse les 400 pour 100 000 habitants et une menace de saturation des services de réanimation.

Pour les activités touristiques fluviales, la déclinaison de ces dates générales n’est pas encore totalement clarifiée. Il est possible d’interpréter que les bateaux-promenade peuvent relancer leur activité début mai et les autres activités à partir du 19 mai et jusqu’au 30 juin. La question se pose pour la croisière fluviale : Entreprises fluviales de France indique avoir demandé une reprise le 19 mai pour cette activité. L’idée serait à cette date d’accepter à bord les clients vaccinés en attendant la mise en place du « pass-sanitaire ».

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES