Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Le terminal CargoBeamer de Calais a démarré en accueillant son premier train commercial le 16 juin 2021 après une phase de tests menée depuis plusieurs semaines et moins d’un an après le lancement de la construction du site.

Comme annoncé, le jour J pour le terminal d’autoroute ferroviaire de CargoBeamer à Calais s’est bien déroulé le 16 juin 2021 avec un premier train commercial avec Perpignan.

Le pdg de CargoBeamer France SAS Cargo Hans-Jürgen Weidemann a rappelé que la construction du terminal a eu lieu en moins d’un an, les travaux ayant été lancés en juillet 2020. Il a souligné « le soutien continu » de la ville et de la maire, puis de la région, de l’Etat français et de l’Union européenne qui s’est concrétisé en août 2019 sur le plan financier à hauteur de 40 % sur les 30 millions d’euros d’investissements nécessaires. CargoBeamer a pris en charge les 60 % restants sur ses fonds propres.

Une montée en puissance planifiée

Loïc Caboche, responsable d’exploitation, a expliqué que le premier train était composé de 15 remorques sur un total possible de 36 pour un train complet. Le départ a eu lieu en fin de journée le mercredi 16 juin à destination de Perpignan, un trajet de 20 heures à une vitesse maximale de 120 km/h. Les trains ont une longueur de 700 à 720 mètres, locomotive comprise. Les premiers clients du premier train commercial sont LKW Walter, Hoptrans, Hegelmann, Carpentier.

La montée en puissance va se faire au cours des semaines à venir aussi bien pour le nombre de remorques que pour la fréquence. A partir de cette mi-juin 2021, les rotations se font à un rythme de deux fois par semaine (arrivée le matin des mercredis et samedis en provenance de Perpignan et départ le même jour à 18 h de Calais) puis 4 à partir de la mi-juillet.

A l’horizon 2025-2026, la capacité du terminal sera de 12 trains par jour, ce qui représente 800 remorques.

L’automatisation fait la différence

Le terminal est équipé de deux voies ferrées de 350 m parallèles dotées de 6 modules de transbordement automatisé et d’un espace de manutention pour le chargement des semi-remorques. Il y a aussi un parking de 150 places. D’ici 2025-2026, 12 modules supplémentaires seront ajoutés.

C’est la technologie CargoBeamer qui fait toute la différence avec des wagons ferroviaires spécifiques (216 ont été commandés), des modules de transbordement automatisés et une gestion informatique de l’ensemble.

Chaque wagon a une paroi latérale rabattable qui permet un transbordement horizontal et automatisé. Chaque semi-remorque est placée dans une palette de manutention et celle-ci est est chargée horizontalement dans le wagon par le module de transbordement automatisé. La palette sur laquelle repose la semi-remorque devient une fois chargée une partie intégrale du wagon dont la paroi latérale se relève en fin de processus de chargement.

L’ensemble de ce processus est géré de manière informatique. L’entreprise allemande a mis au point un logiciel qui gère les services de l’autoroute ferroviaire non seulement le transbordement automatisé mais aussi l’interface avec les clients et à la digitalisation des documents de transport.

La solution CargoBeamer permet un transbordement des semi-remorques de manière automatisée, simultanée, rapide et silencieux. Elle permet de charger et décharger un train de 36 wagons en 20 minutes.

Toutefois, les wagons peuvent aussi être chargés par portique ou par reach-stacker, ce qui signifie qu’ils peuvent être pris en charge dans n’importe terminal de transport combiné. Le système de manutention horizontale autorise le chargement de tous les types de semi-remorques, y compris celles qui sont non préhensibles. Dans les terminaux de transport combiné « classiques », la palette rend la semi-remorque préhensible par portique ou reach-stacker.

La mise en service du terminal a créé 5 emplois dont 3 opérateurs d’exploitation, un responsable d’exploitation et un directeur général. Deux ou trois emplois supplémentaires devraient s’ajouter dans trois mois à venir avec l’augmentation des fréquences. « Aujourd’hui, c’est la concrétisation d’un projet lancé en 2012, poursuivi par CargoBeamer malgré les difficultés. C’est un outil pour le développement des activités logistiques et du territoire », a conclu Natacha Bouchart, maire de Calais et présidente de Calais Promotion, agence de développement économique du Calaisis.

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES