« Le manque d’entretien se paie cash actuellement »

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Entretien avec Pascal Viret, président de l’association Saône-Rhin Europe, qui revient sur le manque d’entretien du réseau fluvial Freycinet.

« Le Grand Est a une situation particulièrement stratégique sur le plan géographique, dans le réseau des communications terrestres en général, et dans le fluvial en particulier. C’est un espace ouvert de toute part vers l’extérieur par des voies navigables à grand gabarit sur le Nord et l’Est avec le Rhin, première artère fluviale européenne, et la Moselle, son affluent. Sur le Sud, c’est du gabarit Freycinet par le canal de la Marne à la Saône, la Saône, le canal du Rhône au Rhin, et au-delà le Rhône et la Méditerranée, enfin, sur l’ouest, le canal de la Marne et au Rhin et d’autres. Il ne faut pas oublier la position de Strasbourg au carrefour de 4 corridors européens », rappelle Pascal Viret, président de l’association Saône-Rhin Europe.

Pour lui, sur le réseau fluvial du Grand Est, comme partout ailleurs, « le manque d’entretien des dernières décennies se paie cash aujourd’hui, pénalise la navigation de commerce, le tourisme, la plaisance ». Sur le réseau Freycinet, cela signifie des restrictions d’enfoncement depuis plusieurs années auxquelles s’ajoute plus récemment la prolifération des plantes aquatiques invasives.

« Le fret fluvial se réduit quasiment à zéro sur certains canaux, l’essentiel se fait sur des voies à grand gabarit. Mais on ne peut pas rester insensible à l’agonie du fret sur le Freycinet alors qu’il a encore un rôle à jouer pour la desserte fine des territoires comme voie de rabattement du grand gabarit et pour certaines filières, BTP, déchets, distribution urbaine, pour des trafics sur courtes distances. Il y a du potentiel de trafic sur certains itinéraires », continue Pascal Viret.

Il rappelle « le manque chronique de moyens financiers contraint VNF à faire des arbitrages, notamment en renonçant à l’activité fret sur le Freycinet, ce que nous ne comprenons pas. Pour VNF, le grand gabarit est dédié au fret, le Freycinet au tourisme, à la plaisance, voire même pire seulement aux activités ludiques. C’est quand même significatif d’avoir été plus d’une trentaine d’organisations à signer une tribune fin 2021 « stop à la mort des canaux » pour interpeller les pouvoirs publics sur la dégradation du réseau des voies navigables et la nécessité d’investir sur le Freycinet ».

Pour le président de Saône-Rhin Europe, « on en revient toujours au budget », soulignant l’effort du plan de relance sur 2021 et 2022 et la hausse du budget d’investissement de VNF. « Les 300 millions d’euros par an restent en deçà du montant de l’audit du cabinet Mancia qui atteint 500 millions d’euros par an pour l’entretien, la mise à niveau, la modernisation et le développement du réseau. Il manque 200 millions par an ».

Non à la dénavigation

Au niveau régional, l’association veut jouer un rôle en participant au travail prévu dans le contrat d’objectifs et de performance de VNF sur le niveau de services des voies navigables « pour permettre la navigation de toutes les unités, fret et tourisme sur le Freycinet. Je ne vois d’ailleurs pas de problème majeur au niveau des sommes à mettre en jeu pour y parvenir : le delta d’investissement pour un service permettant le passage d’un bateau de tourisme et d’un bateau de fret n’est pas si élevé. L’abandon complet du fret sur le Freycinet, nous ne pouvons pas l’admettre et dénoncerons toute tentative de dénavigation même partielle », déclare Pascal Viret.

L’objectif de l’association demeure l’aboutissement d’une liaison à grand gabarit entre la Saône et le Rhin supérieur. « Le quart nord ouest du réseau français bénéficie depuis quelques années d’un alignement des planètes avec le lancement des travaux de Seine-Nord, des chantiers en cours sur les bassins de la Seine et du Nord-Pas-de-Calais. La priorité doit désormais être donnée au Grand Est et au projet Saône-Moselle/Saône-Rhin », estime Pascal Viret. Ici, la révision du RTE-T en cours est un rendez-vous à ne pas manquer pour maintenir le projet de liaison dans le réseau central européen tout comme obtenir du COI sa réalisation à un horizon plus proche que 2050.

Pascal Viret conclut : « La France doit garder une vision prospective, prendre en compte la dimension européenne et le caractère stratégique de ce grand projet, sinon le pays ne pourra pas mener une politique fluviale volontariste ni réussir la transition énergétique et écologique des transports ».

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES