Haropa Port a traité 42,08 millions de tonnes au premier semestre 2022

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Avec 42,08 millions de tonnes à fin juin 2022, le trafic maritime de Haropa Port enregistre une progression de +5 % par rapport au premier semestre 2021, largement portée par les vracs liquides tandis que les conteneurs s’effritent légèrement.

Avec 42,08 millions de tonnes à fin juin 2022, le trafic maritime de Haropa Port a progressé de +5 % (+2 millions de tonnes) par rapport au premier semestre 2021. Selon le bilan publié le 20 juillet 2022,  « après une année record » en 2021 (83,6 Mt, +12 %), « Haropa Port demeure sur une dynamique de croissance ». Celle-ci est portée par les vracs liquides (+14,5 % et +2,62 millions de tonnes) « en lien avec le redémarrage de la raffinerie de Gonfreville ». Cette filière présente toutefois des variations selon les différents segments qui la composent : des hausses pour le pétrole brut (+65,8 %) et les produits chimiques (+19,9 %) et des baisses pour les produits raffinés (-17,1 %) et les hydrocarbures gazeux (-26,6 %).

Les vracs secs sont à la peine (-4,2 %) « malgré une dynamique positive sur le segment des céréales (+2%) » (voir l’article de NPI).

Les vracs solides sont freinés par une chute (-22 %) « des agrégats à destination du marché de la construction », autrement dit les sables et graviers. « Ce fléchissement s’explique par la météo dégradée des premiers mois de l’année qui a eu un impact sur les chantiers et les conditions logistiques des matériaux », selon le bilan.

Le Ro/Ro affiche aussi un recul (-19,4 %). A l’inverse, les « véhicules de fret du ferry » progresse de +26 %

Le transbordement de conteneurs s’effrite légèrement avec 1,485 MEVP à fin juin 2022 alors qu’il dépassait 1,5 MEVP à la fin du premier semestre 2021 (voir article de NPI). « La part de marché progresse légèrement dans un contexte de baisse globale du trafic conteneur sur le Range Nord », dit le bilan. 

Celui-ci met en avant la tendance positive avec « +2% sur l’inland » ainsi que l’essor de +31 % au port de Gennevilliers pour la manutention de conteneurs, signal sans doute positif pour le transport fluvial.

Investissements de TIL à Port 2000 et FSRU au quai de Bougainville

Comme fait marquant au premier semestre 2022 avec « des perspectives de croissance durable », le port rappelle les investissements de 700 millions d’euros annoncés par TIL, filiale de MSC (voir article de NPI), à Port 2000.

Parmi les projets, Haropa Port a récemment communiqué sur l’installation d’un terminal flottant d’importation de gaz naturel liquéfié (FSRU), « confirmée par le gouvernement ». Il s’agit ici de trouver des solutions au contexte de restriction des approvisionnements en gaz en provenance de Russie dans la suite de la guerre en Ukraine.

Le quai de Bougainville « situé en plein cœur du port répond aux nombreux critères du futur FSRU : acceptabilité locale, distance par rapport au réseau de transport, problématique environnementale, etc. ».

Opérée par Total Energies, « la barge flottante, longue de 283 mètres et dotée d’une capacité de 145 000 m3, serait en mesure d’importer 5 milliards de m3 par an. À titre de comparaison, la consommation française en gaz s’élève à 45 milliards de m3 par an. Les travaux de raccordement, pris en charge par GRT Gaz, pourraient commencer dès l’automne pour une mise en service un an plus tard ».

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES