Des solutions multimodales font leur show à Paris

Des solutions multimodales font leur show à Paris
Sur le pont du Zulu 3, de gauche à droite, une caisse mobile Swoop In, des big bags, une Fleximalle chargée d’éléments préfabriqués en bois.
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Au quai de Grenelle à Paris, plusieurs solutions multimodales pour une logistique urbaine durable, alliant bateau, vélo-cargo, véhicule électrique, contenant innovant, ont été présentées le 19 mai 2022 lors d’une matinée organisée par différents partenaires, dont Haropa Port, le tout dans le cadre du programme « Smart Track 4 Waterway ».

Comme Liège ou Bruxelles, Haropa Port participe au programme européen « Smart Track 4 Waterway » (ST4W, voir article de NPI) qui a pour objectif de mettre au point un outil digital sécurisé de suivi des marchandises, présenté comme l’un des éléments pour favoriser le report modal de la route vers le fleuve, plus particulièrement pour la distribution urbaine de marchandises.

C’est dans ce cadre que s’est déroulée une matinée le 19 mai 2022 au quai de Grenelle à Paris, pour présenter des solutions multimodales disponibles sur l’axe Seine pour parvenir à une logistique urbaine durable alliant bateau (Zulu 3 de Blue Line Logistics, filiale de Sogestran), vélo-cargo (ou la cyclo-logistique de Swoop In). Sans oublier la problématique du « contenant » innovant (Fleximalle de Sogestran, « Modulo Box » de Renault), qui s’ajoute au conteneur maritime ou à la palette, pour pouvoir charger/décharger des marchandises très diverses et trouver la bonne formule pour lever le frein que peut représenter la rupture de charge.

Plusieurs éléments à prendre en compte

Le Zulu 3 est présent sur la Seine à Paris depuis 2 ans (voir article de NPI), a rappelé Gilles Peyrot, chargé de développement multimodal chez Sogestran, ajoutant que le Zulu 6 à l’hydrogène devrait être opérationnel à l’automne tandis que le n°5 va être basé à Lyon. Les autres Zulu (1, 2, 4) naviguent au Benulux. Tous proposent « une solution de bout en bout de distribution urbaine ».

Des palettes, big bags, petites caisses mobiles, ou encore des Fleximalle peuvent trouver une place sur le pont des Zulu de Blue Line Logistics. Une grue est intégrée sur le pont de ces bateaux-ponton, circule sur un rail, et permet de charger/décharger sur n’importe quel quai sans avoir besoin d’un engin de manutention à terre.

Sur l’axe Seine, le Zulu 3 propose un service hebdomadaire depuis les hubs de Haropa implantés en périphérie de la région parisienne (Gennevilliers, Bonneuil…) à destination des quais parisiens situés de Javel Point du Jour à Charenton. « A terme, nous voulons mettre en place un service quotidien, régulier avec des escales sur plusieurs quais, qui sont le plus souvent à usage partagé dans la capitale », a précisé Gilles Peyrot. Pour parvenir à un tel niveau de service, il faut trouver suffisamment de clients pour massifier et mutualiser des marchandises à l’aller comme au retour. « La reverse logistic » est un élément « décisif pour le modèle économique, le taux de remplissage du bateau faisant le résultat », selon le responsable chez Sogestran.

Le témoignage de la filière bois

Autre élément important, la problématique du « contenant », autre que le conteneur maritime ou la palette, pour pouvoir charger/décharger des marchandises très diverses (autres que les vracs) et limiter les ruptures de charge qui freinent la rentabilité du report modal vers le fluvial : Sogestran a imaginé la « Fleximalle » (voir article de NPI). Selon Gilles Peyrot, « nous sommes partis des besoins des clients pour aboutir à une solution à valeur ajoutée et économiquement pertinente ».

Parmi ces clients, il y a la filière bois (projet Probois) qui a donc choisi la Fleximalle après plusieurs expérimentations d’autres solutions (voir article de NPI). Ce nouveau contenant permet d’emporter des charpentes et autres éléments en bois à bord du Zulu 3, qui les transportent entre Rouen, Gennevilliers et Paris. Avant de parvenir à Rouen, ils sont fabriqués à Dieppe. Ces éléments préfabriqués en bois sont utilisés pour la construction de 6 ouvrages des Jeux olympiques de Paris en 2024 (village, etc.) ou d’une tour de 15 étages en bois près du pont de Tolbiac.

Le retour d’expérience est positif pour le représentant de la filière bois (Fibois) : « Au début, nous avons pensé le recours au fluvial pour réduire nos effets négatifs sur l’environnement et par engagement sociétal. Nous constatons désormais que c’est une vraie solution opérationnelle, dans le contexte des difficultés grandissantes pour livrer les matériaux dans Paris. Avec l’utilisation de Fleximalle à bord du Zulu 3, par une ligne régulière, l’utilisation du fluvial se fait à un coût maîtrisé, même s’il est encore un peu supérieur à un transport par la route. Le bilan carbone est divisé par trois. Nous avons lancé une réflexion pour utiliser le fluvial pour approvisionner en biomasse des chaufferies franciliennes ».

C’est notamment avec la filière bois que l’outil digital du programme ST4W a été testé. Pour Yves de Blic, chef de projet au centre de recherche Multitel, coordonnateur du programme ST4W, la logistique urbaine doit s’organiser autour de solutions physiques (voies navigables, bateaux, véhicules bas-carbone à terre, hubs, terminaux, quais, contenants…) mais aussi d’outils numériques pour le suivi des marchandises et des flux d’informations. L’un des mots-clés étant la « standardisation » des éléments physiques et des données pour que le transport fluvial adresse le marché de la distribution urbaine au sein d’une chaîne logistique multimodale.

Des caisses mobiles variées

La solution de Swoop In est au service de l’e-commerce pour une logistique responsable et propre, selon le fondateur de l’entreprise Arnaud Marlois. Elle allie un logiciel pour le flux des informations, des vélos-cargo, un centre de tri à Wissous, des micro-hubs dans Paris. Tout a été conçu et est maîtrisé en interne. Le Zulu 3 est utilisé comme un hub mobile qui peut charger/décharger à quai les caisses mobiles adaptées aux vélos-cargo.

Les « Modulo Box » de Renault ont été présentés par Taku Kamoshida, chef de projet stratégie véhicules utilitaires : « Nous suivons ce qui se passe dans la filière logistique, qui est très dynamique et avec des besoins importants en termes de services et d’innovations. Nous souhaitons travailler en partenariat avec des acteurs de la logistique pour mieux connaître et comprendre ces besoins. Nous sommes venus vers le fluvial quand il est synchronisé avec la route. Le fluvial se distingue par sa capacité à massifier mais aussi à livrer le cœur des villes sur des hubs avec des flux de courte distance. Les Modulo Box sont des caisses mobiles modulaires et multimodales, adaptées au fluvial comme aux autres modes ». Ces caisses peuvent être embarquées à bord du Zulu 3 qui les charge/décharge à terre. Elles peuvent aussi être posées/enlevées facilement de/sur différents types de véhicules routiers.

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES