Nous chargeons votre contenu !

Type de recherche

Dans le cadre du « grand débat national », la fédération Agir pour le fluvial avec plusieurs partenaires organise un après-midi d’échanges sur « les leviers d’action pour une nouvelle économie du fluvial », le 8 mars 2019 à Lyon. 

La fédération Agir pour le fluvial (APLF) avec le soutien de Promofluvia, de la Chambre nationale de la batellerie artisanale, de la Compagnie nationale du Rhône (CNR) et de la région Auvergne-Rhône-Alpes organise un grand débat autour de la question : « Quels leviers d’actions pour une nouvelle économie du fluvial ? ». Ce « grand débat du fluvial » est organisé le 8 mars à partir de 14h à la chambre de commerce et d’industrie de la région Auvergne-Rhône-Alpes à Lyon.

APFL « invite les acteurs du fluvial, les entreprises, les élus, les collectivités à formuler des propositions concrètes pour développer le secteur économique du fluvial ». La fédération rappelle que la transition écologique et énergétique constitue l’un des 4 grands thèmes du « grand débat national » où le mode fluvial a donc toute sa place, compte tenu de ses atouts environnementaux, de ses conditions de transport sûrs, de ses coûts directs et indirects avantageux par rapport au TRM ou au rail.

Pour vous inscrire : https://goo.gl/forms/zpvrWoD9XJ6ILHlI2

Transport de marchandises et tourisme fluvial

Après une ouverture des débats, les échanges vont s’organiser en deux tables rondes. Le thème de la première porte sur « la demande et les besoins de transport fluvial de marchandises », le deuxième sur « performance et valorisation du secteur fluvial : quels leviers d’action des pouvoirs publics ? ». Davantage d’informations sur le programme et les participants annoncés : https://www.facebook.com/agirpourlefluvial/photos/pcb.2267052206841051/2268723870007218/?type=3&theater

APLF rappelle que depuis 2015, après près de deux décennies de croissance, le trafic fluvial stagne et la part du mode reste faible à 3,3%. Il y a le transport fluvial de marchandises mais aussi le tourisme fluvial « formidable enjeu » aussi bien dans les territoires ruraux qu’urbains. Mais de nombreuses destinations touristiques sont encore sous-exploitées.

Les échanges peuvent permettre de répondre aux interrogations suivantes : Comment relancer la dynamique ? Comment accélérer la mise en œuvre des mesures nécessaires identifiés de longue date ? De nouveaux leviers sont-ils à mobiliser pour donner toute sa place au mode fluvial ? Quel est le potentiel de croissance de chacun des secteurs du tourisme (plaisance, croisières, bateaux promenade) ? Comment accompagner les initiatives et assurer une cohabitation harmonieuse des différents usages ?

Tags: