Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Deux sénateurs ont conduit une mission relative au transport de marchandises face aux impératifs environnementaux dont le rapport et ses préconisations ont été adoptés mi-mai 2021 par la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable. 

Pour les deux élus: « Le transport de marchandises est l’angle mort des politiques de mobilité et sa décarbonation est une problématique à plusieurs facettes. Sa transition environnementale n’appelle pas une réponse unique, mais doit s’appuyer sur plusieurs leviers ». Ceux-ci sont l’objet de 40 recommandations qui s’articulent autour de 4 axes : « massifier sans opposer » (qui signifie : « loin de vouloir opposer les modes de transport, il est nécessaire de tirer le meilleur parti de leur complémentarité »), « limiter les nuisances liées au transport routier de marchandises », « surmonter les divergences et les incertitudes relatives à la décarbonation du transport routier de marchandises », « réinventer le transport urbain de marchandises et sensibiliser les consommateurs du e-commerce à l’impact environnemental de leur livraison ».

Les propositions donnent une large place aux deux modes massifiés : lancer un plan d’investissement massif de régénération et de développement des réseaux ferroviaire et fluvial ciblé vers les infrastructures les plus stratégiques (n°1), augmenter le montant de l’aide à la pince pour compenser les surcoûts liés aux ruptures de charge avec l’objectif d’atteindre 80 millions d’euros par an (n°2), revoir et assouplir les modalités d’allocation des sillons par SNCF Réseau, dans le but d’offrir une meilleure qualité de service aux opérateurs de fret (n°7). 

Le « verdissement » n’est pas oublié avec la proposition n°8 : renforcer le renouvellement de la flotte fluviale en supprimant le plafond de 100 000 euros d’exonération des plus-values réalisées lors de la cession de bateaux de navigation intérieure affectés au transport de marchandises.

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES