Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

C’est donc parti pour trois mois de grand débat national. Participer ou ne pas participer, telle est la question dans toutes les têtes et sur toutes les lèvres. Les réponses déclinent toute la gamme possible des positions entre le oui convaincu, le mouais moyennement enthousiaste, le non définitif et sans appel.

Il y a aussi les soupçons sur une tentative de récupération et un exercice de communication par l’Élysée. Il y a aussi des interrogations sur les mesures qui seront finalement retenues – lesquelles, pourquoi, comment- et leur mise en œuvre.

Au cours de la première année de son mandat, devant les manifestations concernant, par exemple, la réforme de la SNCF, le président de la République Emmanuel Macron a plusieurs fois répété que le pouvoir ne s’exerçait pas sous la pression de la rue.

Une position que ne partageaient pas certains de ses prédécesseurs comme le montre un documentaire récent retraçant l’histoire de la Ve République diffusé sur France Télévisions. Ou un autre sur La Chaîne Parlementaire (LCP) à propos du parcours d’élus de terrain dans des circonscriptions diverses qu’ont été certains des occupants de l’Élysée depuis 1958 avant de devenir « premier des Français ».

Ce grand débat n’est-il pas tout de même, finalement, une manière de prendre en compte la pression de la rue et des citoyens qui battent le pavé, occupent des ronds-points semaine après semaine depuis novembre 2018 ?

En tout cas, gilets jaune, stylos rouges, foulards rouges, c’est tous les jours ou presque un grand déballage de couleurs, comme une « fashion week » de couleurs dans les rues qui se répètent et essaiment.

À finir par se demander quelle couleur pourrait bien adopter le mode fluvial pour défiler, se montrer, s’afficher pour se mettre en avant, défendre ses intérêts ?

Au sommaire ce mois-ci : 

Actualité France : 

  • Jean-Marc Thomas : « Une logique d’équilibre entre affrètement, armement, logistique, ports »
  • Une belle année 2018 pour Haropa 
  • Une année 2018 positive pour Dunkerque 
  • Une croissance modérée en 2018 à Marseille

Actualité Europe : 

  • Un nouveau record à Anvers en 2018
  • Premier bilan du plan d’action pour le fluvial
  • North Sea Port a franchi un nouveau cap en 2018
  • Zeebrugge repasse le seuil des 40 millions de tonnes
  • Wallonie: le trafic de conteneurs a franchi un nouveau cap
  • 2018 avait pourtant bien commencé !

Dossier spécial – Compétitivité et report modal : 

  • UENF et OEB : mieux faire entendre la voix des opérateurs fluviaux en Europe
  • La navigation intérieure doit sortir de l’ombre et du silence
  • SNTC-Carline, une chaîne logistique équilibrée entre 3 modes
  • À Rouen, Fluviofeeder Armement valorise la rupture de charge
  • Bolloré Logistics, une stratégie volontariste en faveur du report modal
  • Flexiloire : 5 ans pour atteindre la rentabilité
  • Greenmodal et Novatrans amènent les clients à des solutions performantes
  • Pour Danser, adapation et réactivité sont nécessaires
  • Les schémas de transport de Contargo répondent au temps et au remplissage
  • (Re)payer la route à son juste prix pour Rhenus Logistics Alsace
  • Le groupe Open Modal propose des liaisons de transport combiné rail-route
  • VFLI : être à l’écoute du client

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES