Fret ferroviaire : Duisport, plaque tournante des trains chinois en Europe

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

La crise du Covid-19 a permis au port de Duisbourg, en Allemagne, de développer son activité ferroviaire avec la Chine. 60 liaisons hebdomadaires se sont établies depuis le lancement du premier train en 2011.

Au cœur de la crise sanitaire, un train quitte en avril 2020 Wuhan -épicentre de la pandémie- en direction de Duisbourg, terminus de la Nouvelle Route de la Soie sur les bords du Rhin. à bord du convoi, 35 conteneurs chargés de masques et de matériels de protection pour le corps médical européen, alors cruellement sous-équipé. Les médias chinois vantent les mérites de la Nouvelle Route de la Soie, rebaptisée, pour l’occasion, « Route de la vie et des possibles ». 

Quelques mois plus tard, la crise est toujours là. Mais, à Duisbourg, le nombre de trains avec la Chine est passé de 35 à 60 par semaine. « Le Covid-19 a joué un rôle de catalyseur pour le rail. L’Europe avait urgemment besoin de masques. Les aéroports étaient en partie fermés. La traversée maritime aurait pris trop de temps. Les ports étaient, eux aussi, en partie immobilisés », explique Thomas Hüser, le porte-parole de Duisport, la société chargée de la gestion des activités portuaires de cette ville de la Ruhr, à l’extrême ouest de l’Allemagne. 

Dès mars 2020, le port de Duisbourg se prépare à affronter le tsunami sanitaire. Une cellule de crise interne est mise sur pied. « Nous avons observé les nouveaux développements avec le plus grand soin et adopté les réponses appropriées », se souvient le patron de Duisport, Erich Staake. Un concept sanitaire est mis sur pied. A aucun moment, le port de Duisbourg n’a été en situation de devoir cesser son activité. « Malgré la crise, nous étions bien préparés pour faire face à une hausse de la demande », insiste Erich Staake : surfaces d’entrepôt maintenues disponibles pour réagir aux variations de la demande, mise au point de solutions logistiques individualisées à court terme… A la veille de Noël, l’activité connaît un nouveau rebond de +21,1 % sur un an en novembre 2020 au lieu des +10 à 12 % attendus, après un second trimestre de flottement.

Ce contenu est réservé à nos abonnés !

Pour lire la suite, découvrez notre offre exclusive

L’intégralité de nos contenus
print & web
pour 198€ / an*

*Offre valable jusqu’au 31 décembre 2021

Ce contenu est réservé
à nos abonnés !

Pour lire la suite,
découvrez notre offre spéciale

Découvrez l’intégralité
de nos contenus
pour 198€ / an*

*Offre valable jusqu’au 31 décembre 2021

Déjà abonné ? Identifiez-vous

[]
1 Step 1
VOTRE LOGINyour full name
no-icon
VOTRE MOT DE PASSEcheck your caps
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES