Nous chargeons votre contenu !

Type de recherche

Les premiers résultats d’une étude lancée en janvier 2019 par la Communauté portuaire de Paris (CPP) sur les solutions alternatives aux motorisations thermiques et les possibilités de financement seront présentés le 29 mai à Paris lors d’un colloque national sur le verdissement de la flotte fluviale.

« Dans un contexte marqué par le changement climatique et des exigences environnementales toujours plus fortes, le secteur de la navigation fluviale entend aller de l’avant pour renforcer son excellence environnementale. En particulier, faire évoluer les motorisations des bateaux pour les rendre plus vertes en recourant à l’électricité, au gaz naturel liquéfié (GNL) ou à l’hydrogène », précise un communiqué de presse commun d’Haropa-Ports de Paris, de Voies navigables de France (VNF), de la Communauté portuaire de Paris (CPP), de la région Ile-de-France, de la délégation interministérielle au développement de la vallée de la Seine daté du 20 mai 2019.

Des solutions alternatives aux motorisations thermiques actuelles existent ; elles sont multiples, éventuellement complémentaires. Les principales envisagées actuellement sont l’électricité, l’hydrogène et le gaz naturel, mais les conditions de leur usage dans le secteur de la navigation fluviale restent encore à clarifier.

Il se trouve que la Communauté portuaire de Paris (CPP) a lancé en janvier 2019 une étude sur les solutions alternatives aux motorisations thermiques actuelles (voir notre article).

L’objectif de l’étude est d’apporter un nouveau regard sur le sujet des motorisations de la flotte fluviale en Ile-de-France et de proposer des solutions techniques et financières adaptées pour rendre le transport fluvial encore plus propre. Dans cette étude, chaque usage de bateau fait l’objet d’un scénario technique et d’un scénario économique, l’objectif étant de faciliter l’accès à des énergies alternatives afin de réduire encore plus leur empreinte environnementale.

Elle est largement cofinancée par la région Ile-de-France et le Fonds national d’aménagement et de développement du territoire (FNADT), géré par la préfecture de Normandie dans le cadre du contrat de plan interrégional Etat-Vallée de la Seine 2015-2020. Elle bénéficie du soutien de Haropa et de VNF.

Fédérer l’ensemble des acteurs de l’écosystème fluvial

Les premiers résultats de cette étude seront présentés le 29 mai à Paris lors d’un colloque national sur le verdissement de la flotte fluviale. Cet événement vise à fédérer l’ensemble des acteurs de l’écosystème fluvial sur le sujet du verdissement de la motorisation de la flotte. Le ministère de la Transition écologique et solidaire, VNF et Haropa se sont associés pour l’organiser.

La journée doit permettre de partager les enjeux des nouvelles motorisations, de comprendre les solutions qui s’offrent aux professionnels, de réfléchir ensemble au nouveau modèle du transport fluvial décarboné, etc. Il s’agit de traduire en projets concrets l’engagement collectif des acteurs du fluvial pour pérenniser ce mode de transport, à la fois performant économiquement et vertueux environnementalement.

Tags:
Send this to a friend