Railport Anvers a trouvé son second souffle

Tom Verlinden, responsable mobilité auprès de l’Autorité portuaire, et Nils van Vliet, pdg de Railport Anvers.

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Depuis sa relance il y a deux ans, Railport Anvers a changé de modèle pour sa recherche d’une efficacité accrue et d’une plus grande part modale pour le rail dans le deuxième port d’Europe. Il reste à traduire la volonté de stimuler le rail en actions concrètes sur le terrain, mais ce pas devrait être franchi prochainement.

«Railport Antwerpen » avait vu le jour fin 2013 à l’initiative de quatre acteurs directement intéressés par l’optimisation du rail portuaire sans pour autant -gage de neutralité- faire partie du monde ferroviaire à proprement parler : l’Autorité portuaire d’Anvers, qui détient 65 % de la société, Voka-Alfaport, l’organisation-coupole des entreprises privées du port, l’industrie chimique -fortement ancrée dans le plus grand complexe pétrochimique d’Europe et grande utilisatrice du transport ferroviaire- par le biais de la fédération nationale Essenscia, la société chargée de la gestion de la zone portuaire à la Rive gauche, MLSO.

Dans sa première mouture, Railport Anvers se fixait pour objectif principal de trouver une réponse au problème du « dernier kilomètre » portuaire. L’expérience avait finalement tourné court. La volonté de redynamiser le rail n’avait pas disparu pour autant. En 2018, le port d’Anvers reprenait l’idée d’améliorer la logistique ferroviaire. Plutôt que de créer une nouvelle organisation, il a alors été décidé de relancer Railport, notamment en lui donnant un pdg expérimenté en la personne de Nils van Vliet. Celui-ci avait travaillé à partir de 2004 pour DLC, le premier opérateur ferroviaire privé en Belgique. Il était depuis 2015 le pdg et directeur général de Crossrail Benelux.

« Le Railport d’aujourd’hui n’est plus celui de 2013. Actuellement, notre réflexion et notre action portent sur l’ensemble du trafic ferroviaire, conteneurs, trains-blocs, wagons isolés, etc. Notre regard porte plus loin qu’Anvers pour englober les liaisons avec l’hinterland. Nous nous concertons avec toutes les parties impliquées, opérateurs, terminaux, chargeurs, etc., sur des sujets aussi divers que l’infrastructure, l’échange de données, la massification des flux, l’innovation… Railport veut être le point de rassemblement et de développement pour l’optimisation du rail à Anvers sous toutes ses facettes », souligne d’emblée Nils van Vliet avec Tom Verlinden, responsable mobilité auprès de l’Autorité portuaire.

Ce contenu est réservé à nos abonnés !

Pour lire la suite, découvrez notre offre exclusive

L’intégralité de nos contenus
print & web
pour 198€ / an*

*Offre valable jusqu’au 31 décembre 2022

Ce contenu est réservé
à nos abonnés !

Pour lire la suite,
découvrez notre offre spéciale

Découvrez l’intégralité
de nos contenus
pour 198€ / an*

*Offre valable jusqu’au 31 décembre 2021

Déjà abonné ? Identifiez-vous

[]
1 Step 1
VOTRE LOGINyour full name
no-icon
VOTRE MOT DE PASSEcheck your caps
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES