Nous chargeons votre contenu !

Type de recherche

Le verdissement de la flotte fluviale est un enjeu capital pour la navigation intérieure. Le « Green Inland Shipping Event », qui a eu lieu à Bruxelles le 16 octobre 2019, a montré que les technologies existent, mais que le combat ne se mène pas uniquement sur ce front-là.

Sept organisations (CCNR, EBU, UENF, OEB, EFIP, INE et European IWT Platform), le port de Bruxelles, la Commission européenne et la présidence finlandaise de l’Union européenne (UE) ont joint leur forces pour organiser le 16 octobre 2019 un premier « Green Inland Shipping Event ». Le but était de montrer que le verdissement de la flotte fluviale progresse et que le secteur est déterminé à aller de l’avant pour réaliser sa propre transition énergétique et conserver sa réputation de mode de transport le plus écologique.

Cinq bateaux, de types divers mais tous dotés d’une motorisation innovante, étaient venus s’amarrer au quai de Heembeeck du port de Bruxelles pour illustrer de façon concrète les technologies disponibles et les gains écologiques qu’elles rendent possibles. Ces cinq bateaux étaient : le porte-conteneurs Sendoliner (batterie et moteur diesel), le bateau-citerne Ecotanker III (GNL/électrique), le transporteur de cargaisons sèches Wantij (moteurs à combustion EuroVI), le bateau-école Emeli (pile à combustible à l’hydrogène et diesel-électrique) et le bateau à passagers Hydroville (hydrogène/diesel). A noter que si ce dernier appartient au groupe belge CMB, les quatre autres battent pavillon néerlandais (voir notre article).

Pour lire la suite, découvrez notre offre spéciale


15 jours gratuits, sans engagement, sans carte bancaire*

puis l’intégralité des contenus pour 198€ /an,
offre valable du 1er janvier au 31 décembre 2019

Déjà abonné ? Identifiez-vous

[]
1 Step 1
VOTRE LOGINyour full name
no-icon
VOTRE MOT DE PASSEcheck your caps
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right

Tags: