Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Le financement de la transition énergétique du secteur fluvial était au cœur des échanges de l’après-midi lors du colloque organisé à Paris le 29 mai sur « le transport fluvial à l’heure de la transition énergétique ». Voici le deuxième compte-rendu de cet événement.

C’est par une « leçon du futur » que s’est ouverte la deuxième partie du colloque sur « le transport fluvial à l’heure de la transition énergétique », organisé à Paris le 29 mai 2019 par VNF, Haropa, et le concours d’autres partenaires. « Dans le monde du transport, le seul mode qui a une marge de manœuvre, c’est le fluvial », a souligné l’architecte Jean-Robert Mazaud, qui avait mis la Seine au centre du Grand Paris dans sa réponse à la consultation organisée en 2008. « Ce qui est crucial dans tout raisonnement sur le territoire, c’est ce qui est déjà là, estime-t-il. Or la géographie nous offre des fleuves ; et avec les canaux, l’infrastructure disponible pour faire de l’intermodalité ».

« Slow is fast »
Convoquant l’art, la culture, les représentations du fluvial à travers le cinéma, avec à l’appui de son discours des projections des affiches de L’Atalante et de L’Homme du Picardie, Jean-Robert Mazaud veut montrer que la culture du fluvial est bel et bien présente dans nos mentalités, et ne demande qu’à se transformer en report modal. « Un nouveau canal, c’est une nouvelle Europe, et cela fait plus pour l’Europe que des élections », déclare-t-il à propos de Seine-Nord-Europe, alors que les représentants au Parlement européen viennent d’être renouvelés. « Ceux qui ont construit le pont-canal de Briare ou l’échelle d’écluses de Fonseranes avaient de l’audace, disaient « le futur nous sourit ». Bref, ils nous donnent une leçon du futur » Jean-Robert Mazaud a conclu son propos avec un nouveau slogan pour le transport fluvial : en référence au « Less is more » cher à Ludwig Mies van der Rohe, directeur du Bauhaus, qui a influencé l’architecture depuis près d’un siècle, l’architecte propose pour le fluvial : « Slow is fast ».

Ce contenu est réservé à nos abonnés !

Pour lire la suite, découvrez notre offre exclusive

L’intégralité de nos contenus
print & web
pour 198€ / an*

*Offre valable jusqu’au 31 décembre 2022

Ce contenu est réservé
à nos abonnés !

Pour lire la suite,
découvrez notre offre spéciale

Découvrez l’intégralité
de nos contenus
pour 198€ / an*

*Offre valable jusqu’au 31 décembre 2021

Déjà abonné ? Identifiez-vous

[]
1 Step 1
VOTRE LOGINyour full name
no-icon
VOTRE MOT DE PASSEcheck your caps
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES