Nous chargeons votre contenu !

Type de recherche

Les salles de spectacle parisiennes font partie des activités en difficulté économique suite à la grève interprofessionnelle entamée le 5 décembre 2019. Le spectacle continue malgré tout et, chaque soir, les artistes donnent leur représentation mais devant un public très clairsemé, compte tenu de la rareté des transports publics « classiques » (métro, RER, trains) pour se déplacer. Le mois de décembre représente pour ces salles de spectacle un cinquième de leur chiffre d’affaires annuel.

Pour permettre au public de venir voir ses spectacles, la Seine Musicale, située sur la pointe aval de l’île Seguin à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine, a mis en place une solution avec Batobus. C’est un transfert aller/retour de la station Batobus « Champs Elysées/Concorde » vers l’embarcadère en face de la Seine Musicale « Escale Sèvres » pour les spectateurs ayant une réservation pour des spectacles à l’affiche en début de soirée. Il faut compter ensuite quelques minutes de marche sur environ 300 mètres de la station au parvis de la Seine musicale.

Une solution qui associe ainsi musique et fluvial ! De là à conclure qu’il faut installer toutes les salles de spectacle en bord de Seine… mais où mettrait-on alors les activités portuaires et logistiques ! Bien évidemment, ces dernières souffrent aussi du mouvement de grève interprofessionnelle, différentes organisations ont fait part de leur inquiétude mi-décembre, ports maritimes bloqués, ports intérieurs aussi, comme celui de Lyon-Edouard Herriot, fret ferroviaire à l’arrêt… Là aussi, chiffre d’affaires et compétitivité sont mis à mal…

Mais dans la nuit du 17 au 18 décembre entre 23 h et 5 h, un bateau de 80 mètres a stationné en amont du pont d’Arcole pour livrer un colis de 82 tonnes contenant un transformateur. C’est la première utilisation du fluvial dans le cadre du chantier de reconstruction de Notre-Dame de Paris, suite à l’incendie d’avril. Une autre livraison est prévue fin janvier ou début février 2020.

De là à croire que l’espoir vient en se tournant vers le ciel… à chacun sa petite musique personnelle.

Tags: