Le fleuve et la route pour un colis exceptionnel de Arles à Lavera

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Un réacteur de 160 tonnes a été transporté de Arles à Lavera par la route et par le fleuve, avec la barge Sirocco de CFT. Une opération de cette envergure n’avait pas été réalisée depuis quatre ans.

La société néerlandaise Mammoet, spécialisée dans le levage et le transport de colis exceptionnels par la route et le fleuve, a pris en charge le convoyage d’un réacteur de 160 tonnes construit par l’usine de chaudronnerie CMP basée à Arles et destiné à Pétroineos à Lavera. Mammoet a fait appel à CFT pour la partie fluviale de l’opération en mai 2020.

Le réacteur a été fabriqué à l’usine de chaudronnerie CMP installée à Arles pour Petroineos basé à Lavera. « Nous sommes une chaudronnerie lourde spécialisée dans les équipements de métallurgie complexe. Le réacteur est fabriqué dans un acier spécifique adapté à ses futures conditions de services », précise le directeur de CMP, Jacques Laurent.

Fin avril 2020, cet équipement a été chargé à Arles puis transporté par la route par la société de transport I-Trans jusqu’à la zone de stockage d’Arcelor Mittal à Fos, où il a été pris en charge par Mammoet. Cette zone de stockage est habituellement réservée aux colis exceptionnels destinés au réacteur de fusion Iter.

Mammoet dispose d’une antenne à Marseille et a déjà réalisé des opérations ponctuelles dans la région en ayant recours au fluvial. « Pour éviter un transport exceptionnel sur la route, la société Mammoet nous a loué la barge Sirocco », explique Jérome Dumas, chargé d’affaires colis lourds XXL CFT.

Sur la zone de stockage d’Arcelor Mittal à Fos, le réacteur a été chargé sur des remorques 18 essieux de Mammoet et le convoi a roulé le 4 mai jusqu’à la rampe Ro-Ro de la darse sud à Fos où les attendait la barge Sirocco de la CFT qui était déjà échouée (voir notre).

Une charge totale de 320 tonnes dans la barge

Le colis a été chargé sur la barge : « Ce sont sur des supports que repose le réacteur pendant la navigation. Le réacteur a des berceaux, des supports en acier, qui font la liaison entre le réacteur et la remorque, soit une charge globale avec le camion de 320 tonnes », décrit Xavier Lescure, ingénieur d’étude chez Mammoet.

Ce sont sous les berceaux, partie qui dépasse de chaque côté de la remorque (des extensions métalliques) que l’on vient positionner des camarteaux.

« Durant la navigation pour alléger la remorque, le colis a, en partie, était posé sur les camarteaux. Ceux-ci permettent de supporter différentes configurations de colis. Ainsi, il y a 50 % du poids qui est réparti sur la remorque et 50 % sur les camarteaux », indique Nicolas Rensing, chargé de projet XXL CFT.

Après la traversée, le convoi a été débarqué sur la rampe à créneau de Caronte à Martigues. Une manœuvre plus longue et plus complexe : 1 heure 30 contre 10 minutes de chargement à la darse sud à Fos car la rampe de Caronte a été aménagée sur un sol qui n’est pas très stable. La dernière partie du voyage du réacteur a été effectuée par la route jusqu’à Lavera chez Petroineos.

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES

Le fluvial stable en Bavière

Le bilan des voies fluviales en Bavière, région industrielle allemande traversée par le Danube et le Main, apparaît stable au premier semestre 2020. Avant la