Nous chargeons votre contenu !

Type de recherche

Les 17 candidats à la deuxième session du Baccalauréat professionnel transport fluvial ont tous été reçus. Tous sont en poste dans des entreprises du secteur fluvial. La cérémonie de remise des diplômes a eu lieu le 22 mars 2019 au CFANI au Tremblay-sur-Mauldre.

Ils ne sont pas tous venus, ils n’étaient pas tous là, les 17 élèves du CFANI (centre de formation des apprentis de la navigation intérieure) qui ont été reçus à la deuxième session du Baccalauréat professionnel transport fluvial lors de la remise des diplômes le 22 mars 2019… La raison en est, tout simplement, que tous sont entrés dans la vie active, le Bac pro en poche, et sont en poste dans des entreprises du secteur fluvial.

« Nos élèves du CFANI, les entreprises du secteur se les arrachent, a déclaré Jean-François Dalaise, président de l’organisme gestionnaire ANFPPB. Nous proposons une formation de qualité, les résultats aux examens sont très positifs. Le CFANI est un outil indispensable qui a su évoluer pour répondre aux demandes des entreprises que je remercie de nous accompagner. La profession évolue elle aussi, l’avenir passe par la formation ».

Sur les 17 ayant obtenu le Bac professionnel transport fluvial en 2018, 4 d’entre eux – Dimitry Devaux, Steeve Nicolas, Junior Isme, Enzo Drecourt– ont tout de même pu se libérer pour être présents dans les locaux du CFANI au Tremblay-sur-Mauldre le 22 mars 2019. Ils ont reçu leur diplôme des mains du directeur Francis Doreau qui a souligné : « Le Baccalauréat professionnel transport fluvial répond aux réels besoins de la profession. Nous l’avons professionnalisé le plus possible, il comprend donc toutes les attestations professionnelles nécessaires. Nous avons souhaité un niveau minimum Bac pour qu’il soit un diplôme d’insertion. C’est encore un diplôme tout frais dans sa mise en place, en voie d’amélioration. Des ajustements sont nécessaires surtout qu’il s’agit d’un diplôme de l’Education nationale ».

Lors de la deuxième session du Bac pro transport fluvial en 2018, sur les 17 reçus, 10 sont d’origine batelière et le solde « d’à terre ». Lors de la première session en 2017, il y avait davantage « d’à terre » et moins d’origine batelière. Il existait alors sans doute une crainte d’aller directement au Bac qui est en train de se réduire. L’obtention du Bac pro permet aux diplômés d’obtenir par équivalence l’ACP à condition d’en faire la demande en remplissant un formulaire Cerfa. Sur ce point, il reste un gros effort à conduire auprès des élèves, ce que va entreprendre le CFANI.

Jean-François Dalaise n’a pas manqué de rappeler que le CFANI a besoin de financements pour son fonctionnement : « Nous sommes riches en compétences mais pauvres en finances. Nos élèves trouvent rapidement un emploi. Mais nos fonds sont insuffisants pour couvrir les frais de notre CFA de branche ». Des discussions sont en cours sur ce dossier avec l’Etat, la région.

Tags: