Nous chargeons votre contenu !

Type de recherche

Evalué à 125M€, l’accès fluvial direct à Port 2000 au Havre voit son financement bouclé grâce à la décision de la Commission européenne d’accorder 25 M€ à ce projet dans le cadre de l’appel à propositions « Transport 2018 » du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE). Les travaux pourraient démarrer en 2021 pour une mise en service en 2023.

Satisfaction et réjouissance sont de mise pour les réactions du côté de la profession fluviale par la voix du Comité des armateurs fluviaux (CAF), du maître d’ouvrage Haropa-Port du Havre, de la région Normandie et des services de l’Etat, suite à la décision de Commission européenne d’apporter 25 M€ pour cofinancer le projet de l’accès fluvial direct à Port 2000 au Havre.

Dans sa décision datée du 25 mars 2019, la Commission européenne souligne que « ce projet vise à faciliter le transport fluvial et la multimodalité au sein du corridor Atlantique du réseau transeuropéen de transport et, en particulier, l’axe Seine ».

Les transporteurs fluviaux ont exprimé « leur plus vive satisfaction de constater que les recommandations du débat public conduit en 2017 sur l’amélioration des conditions d’accès à Port 2000 donnent aujourd’hui lieu à des avancées majeures ». Ils soulignent : « Depuis la réforme de 2008, les différents acteurs de la filière ont fait des efforts considérables pour proposer une offre de qualité et en croissance : financements privés supérieurs aux investissements publics, accroissement de la capacité de cale, développement des services et des lignes, productivité des terminaux ».

De son côté, le président de la région Normandie, Hervé Morin a indiqué : « Je me réjouis de cette avancée majeure, tant sur le plan économique qu’environnemental. La région Normandie s’étant engagée à apporter les crédits nécessaires pour permettre la réalisation de cette infrastructure de 125 M€, rien ne s’oppose désormais au lancement de ce chantier stratégique réclamé depuis longtemps par les acteurs économiques de l’axe Seine ».

Etre attentif au respect du calendrier annoncé

Suite à la décision de la Commission européenne, les 125 M€ nécessaires pour réaliser l’accès fluvial direct à Port 2000 au Havre (souvent appelé « chatière ») sont donc désormais sur la table. Aux 25 M€ apportés par la Commission européenne dans le cadre du MIE, s’ajoute 13,75 M€ du GPMH, 3,6 M€ de l’Etat, 82,65 M€ de la région Normandie.

Concrètement, le projet dit de la « chatière » consiste à créer un nouveau chenal protégé pour permettre à tous les types d’unités fluviales d’accéder par tous les temps en direct aux terminaux de Port 2000. Est actuellement en cours une phase d’études préalables à l’enquête publique, destinée notamment à préciser le projet sur des points soulevés lors de la concertation de 2017 menée sous l’égide d’une garante de la Commission nationale du débat public.

Dans leur communiqué commun, la région Normandie, Haropa et les services de l’Etat précisent le calendrier suivant : dépôt de dossier de demande d’autorisation d’exploiter en 2020, démarrage des premiers travaux à compter de 2021, mise en service possiblement fin 2023. Le CAF souligne que « les transporteurs fluviaux resteront attentifs au respect de ce calendrier ». Et conclut : « Le maillon manquant que constitue la chatière permettra de sécuriser les acheminements fluviaux au départ du Havre au bénéfice des chargeurs et de contribuer à la compétitivité de l’axe Seine et de ses acteurs économiques ».

La France, premier pays bénéficiaire du MIE

Selon le cabinet d’Elisabeth Borne, ministre chargée des Transports, la Commission européenne dans sa décision du 25 mars 2019 a attribué 71,6 M€ de financements européens à 13 projets français ou comprenant au moins un partenaire français, dans le cadre de l’appel à propositions « Transport 2018 » du Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE). « La France se place ainsi au premier rang des pays bénéficiaires de cet appel à projets, totalisant 17 % de l’enveloppe globale ».

Pour Elisabeth Borne : « C’est une excellente nouvelle qui consacre une très grande mobilisation du gouvernement et des collectivités concernées depuis de longs mois. Le co-financement européen est souvent indispensable pour permettre de finaliser le financement de ces projets attendus. Une nouvelle fois, la France est au rendez-vous de ces appels à projets, et je me félicite que la Commission européenne ait aussi largement répondu présente. A l’heure où certains remettent en cause l’Union européenne, c’est une belle démonstration du rôle indispensable et positif qu’elle joue dans le quotidien de nos concitoyens et des territoires ».

Le ministère publie la liste complète des projets qui vont bénéficier d’un co-financement : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/mecanisme-linterconnexion-en-europe-france-1er-pays-beneficiaire-des-financements-europeens

Pour le fluvial, en plus du projet d’accès direct à Port 2000 au Havre, il y a le projet européen « Masterplan Digitalisation of Inland Waterways », soit la digitalisation des voies navigables, avec 215 000 € de subventions accordées à Voies navigables de France (50 % de cofinancement).

Tags: