Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

D’une longueur de 109,96 mètres et d’une largeur de 11,44 mètres, le Dartimon transporte du benzène sur le bassin Rhône-Saône et compte un équipage de 4 personnes qui ont expliqué les installations à bord et leur travail au quotidien. 

A lire : CFT Rhône : deux bateaux aux performances améliorées

Le Dartimon accueille à son bord un équipage composé de 8 personnes réparties en deux bordées qui assurent chacune les convoyages sur 7 jours du jeudi au jeudi. Le commandant, gérant de l’automoteur, est Frédéric Binon et la seconde bordée est conduite par le capitaine Alain Tricot.

C’est avec l’équipage de Frédéric Binon, tous normands ou d’origine normande, que le voyage s’est déroulé en novembre 2019. Agé de 54 ans, Frédéric Binon est « rentré à la CFT quand ses parents mariniers ont vendu leur bateau ». Il a débuté sa carrière en 1991 chez CFT comme matelot-timonier et devient en 2008 commandant et gérant de SNP (société normande de poussage). Après avoir essentiellement travaillé sur la Seine avec CFT Seine, il est arrivé sur l’axe Rhône-Saône en reprenant le commandement et la gérance du Dartimon. « Je loue le bateau à la CFT qui est dédié au benzène. On est mono-produit et mono-client. Une gérance, cela implique de trouver du personnel. Je suis fier d’être dans une gérance, chaque salarié est actionnaire au résultat, ça motive les gens, ça les implique », explique Frédéric Binon.

Il est accompagné de Loick Parmentier, second capitaine (25 ans), détenteur du permis « barges », dont le père est également marinier. Après avoir obtenu un CAP de navigation intérieure au Centre de formation des apprentis (CFANI) au Tremblay-sur-Mauldre, Loick Parmentier a assuré la cogérance d’un pousseur avant d’embarquer à bord du Dartimon. L’autre membre de l’équipage est Florent Ruppert (24 ans), matelot-timonier, qui n’a pas de parenté avec des mariniers mais qui est filleul de Frédéric, d’où sa vocation. Il a suivi, lui aussi, un apprentissage au CFANI, plus une année de mention complémentaire. Julie Friard (41 ans) complète l’équipage au poste de matelot. Son parcours professionnel est aussi en lien avec les bateaux mais dans la marine nationale en tant que mécanicienne.

Frédéric Binon précise : « En tant que gérant, on assure plus de surveillance et d’entretien du bateau ». Ce qui signifie une surveillance quant à la « casse », qui engendrerait des frais supplémentaires. Les avaries sont bien souvent liées aux troncs d’arbres qui se prennent dans les hélices en période de crue. Le vent fait également partie des spécificités du Rhône. Certains passages sont plus techniques lors de la navigation sur le Rhône descendant avec des passages comme Givors, la Voulte, les ponts-doubles dans le défilé de Donzère. « A Arles, j’essaie de ne pas arriver trop vite, mais il faut garder de la puissance pour rester manœuvrant ». L’expérience et la vigilance sont les maîtres mots de la navigation sur le Rhône. Le vent, le Mistral et la vitesse du courant sont des paramètres dont il est important de tenir compte surtout quand les bateaux sont à vide.

Cependant, le poste principal des frais de l’automoteur reste le carburant. « L’objectif, c’est de trouver le bon régime moteur pour obtenir la vitesse maximale et le meilleur rendement car, du coup, on pollue moins », souligne le commandant. Ainsi, dans la pratique, la conduite est adaptée aux conditions météorologiques et de navigation en gardant à l’esprit l’enjeu économique et environnemental que cela peut induire.

D’ailleurs, une démarche et un service QHSES (qualité, hygiène, sécurité et environnement) est un domaine d’expertise qui contrôle les aspects liés aux risques professionnels au sein de l’entreprise afin de conduire un système de management intégré et qui fait partie de l’entreprise CFT. Et s’applique donc à tous les bateaux de la flotte, dont celle de CFT Rhône qui regroupe 31 unités, 8 pousseurs, 2 automoteurs, 5 barges citernes ADN, 7 barges CTN ADN, 4 barges colis lourds, 4 barges vracs secs et une déchetterie fluviale.

Aménagements et équipements spécifiques

Ce contenu est réservé à nos abonnés !

Pour lire la suite, découvrez notre offre exclusive

L’intégralité de nos contenus
print & web
pour 198€ / an*

*Offre valable jusqu’au 31 décembre 2021

Ce contenu est réservé
à nos abonnés !

Pour lire la suite,
découvrez notre offre spéciale

Découvrez l’intégralité
de nos contenus
pour 198€ / an*

*Offre valable jusqu’au 31 décembre 2021

Déjà abonné ? Identifiez-vous

[]
1 Step 1
VOTRE LOGINyour full name
no-icon
VOTRE MOT DE PASSEcheck your caps
keyboard_arrow_leftPrevious
Nextkeyboard_arrow_right

Abonnez-vous à CANAL NPI.

Rejoignez les 4000 acteurs professionnels abonnés à Canal NPI et recevez chaque semaine nos derniers articles.

NE MANQUEZ RIEN DE L’ACTUALITÉ
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT À LA NEWSLETTER CANAL NPI

Restez connectés à l'actualité

LES DERNIERS ARTICLES